De peuple autrefois à genoux, à peuple aujourd’hui debout

Conscience HumaniTerre

funny.pho.to_charcoal_drawingJe suis allé marcher quelques jours avec la Marche des Peuples pour la Terre Mère, composée de militantEs de tous âges et de tous les milieux, qui font le tour de la Gaspésie en 42 jours, d’Amqui à Rimouski, pour sensibiliser la population sur les différents projets d’hydrocarbures, de ports pétroliers et de fracturation qui touche(ront) grandement la région, l’eau potable et les générations futures.

La détermination, le courage, la force et l’Amour pour notre Terre Mère, présents en chacunE des participantEs, m’a rempli d’espoir et m’a inspiré un texte, que voici :

De peuple autrefois à genoux, à peuple maintenant debout
Grâce au retrait des œillères qui nous aveuglèrent du tout
Que nous sommes éléments Terre et faisons tourner la roue
L’eau des lacs et des rivières coule à l’intérieur de nous

Oui, nous sommes l’eau qui se défend elle même, littéralement
Ce qui arrive à l’eau arrive…

Voir l’article original 470 mots de plus

White Picket Fences, Free Range Fantasies, and the Many Paths of Sustainable Living

The Druid's Garden

We live in a time of grand and sweeping narratives, powerful narratives that tell us who to be, how to live, what to buy, and what to believe–and these shape our actions and identities. When I was a child in the 1980’s, the narrative of the American Dream, complete with the white picket fence, was compelling. A beautiful suburban home, a middle class lifestyle, a loving partner, 2.5 children, a large house, a beautiful lawn, the husband with a well paying job, and generally peaceful existence were the cornerstones of this dream. Of course, there’s a lot of critique of the white picket fence today, spanning from racial injustice and socioeconomic realities to sustainable living issues. In the sustainability community, in particular, the white picket fence has become a sense of what we are working against, as the white picket fence surrounds the chemically-treated and weed free grass…and certainly…

Voir l’article original 2 016 mots de plus